Quel pinceau pour un sous-couche ?

Vous souhaitez travailler et répéter le tableau de vos murs ? C’est un travail et si vous ne respectez pas certaine règle, le résultat ne sera pas là. On le remarque souvent pendant travail non professionnel qui laissent des traces sur les murs. Les traces sont dues à une technologie non maîtrisée, c’est pourquoi nous vous avons choisi quelques conseils de pro que vous.

Comprendre l’action : d’où viennent les pistes ?

A voir aussi : Comment nettoyer un stuc extérieur ?

Avant d’aller directement sur les différents chemins, pas Laissez des traces, il est important de comprendre comment elles se produisent, pourquoi je fais des traces quand je peins  ?

Les traces peuvent être causées par divers facteurs. Aussi petits qu’ils soient, ces facteurs représentent de petits détails qui la différence, pour ne pas la prendre à la légère ! Les pistes peuvent initialement provenir des environs. La température idéale pour peindre une pièce se situe entre 10° et 20°. Lorsque la température est basse, trop élevée ou que l’air est très humide, formeront inévitablement des traces. Cela peut être comparé à un plat cuisiné : quand le feu est trop fort, il brûle (la peinture sèche trop vite) quand il est trop bas, il ne bouillera pas (la peinture risque de geler si elle est trop faible) température) et s’il y a trop d’eau, le plat est complètement dilué et le goût disparaît (il en va de même pour la peinture, il n’y a plus d’accroche et le produit disparaît dilué). Par conséquent, vous faites particulièrement attention à l’environnement et au temps (surtout à l’extérieur) est important.

A voir aussi : Comment réussir un ravalement de façade ?

D’autres causes, plus techniques et pratiques, peuvent produire des traces. Ces derniers peuvent être surveillés en particulier. Nous parlons de « Traces of Récupération » qui se produit en raison d’un temps de séchage trop rapide dû à l’arrêt de l’application de la peinture sur le substrat. Vous devez donc être prudent lorsque vous prenez des pauses, c’est la principale cause des rails muraux. De même, et ce qui peut paraître le plus évident : la qualité des peintures et des outils. Il est important d’utiliser une peinture qualitative avec des outils soigneusement sélectionnés.

Règle universelle : choisir les bons outils de peinture

De quoi a-t-on besoin pour peindre ? Deux trucs : peinture et rouleaux/brosses.

La couleur est ce que nous appliquerons, ce qui rend votre pièce spéciale et ce qui vous entourera chaque jour au cours des 20 prochaines années. Alors pourquoi vous priver d’une peinture de haute qualité ? En plus de ne laisser aucune trace, une peinture de haute qualité permet une atmosphère détendue dans votre chambre. En effet, une peinture de qualité telle que la peinture peut, par exemple, vous permettre d’éliminer les mauvaises odeurs (sueur, tabac, graisse, nourriture…). Autre exemple, la peinture peut détruire les molécules de formaldéhyde, principales causes de la pollution de l’air intérieur. Choisir des peintures écologiques peut également être un excellent moyen de combiner qualité et engagement.

Techniquement, la peinture de haute qualité dépend, ses composants sont pauvres en eau et vous permettent donc d’obtenir un résultat optimal en quelques couches. À inversement, la peinture de mauvaise qualité est fortement diluée et ne colle pas très bon sur le mur, il coûte moins cher que de haute qualité, mais il faut beaucoup plus de couches à mettre et donc plus de quantité appliquer : une perte de temps, mais aussi de l’argent et un résultat beaucoup moins net (avec plus de traces). Comme on dit « On oublie le prix, mais la qualité demeure ».

Le choix des outils est également très important, vous ne portez pas de peinture de haute qualité avec un pinceau premier prix. Cette règle doit être respectée dans tous les domaines : même avec le meilleur carburant, il est impossible d’atteindre 150 km/h avec un vieux moteur et une voiture d’occasion, c’est la même couleur chose !

Un bon pinceau ou un bon rouleau doit être adapté à son utilisation. Tout d’abord, vous devez choisir le type de brosse en fonction de la surface à traiter. Le choix de la qualité est alors indispensable. Cela nécessite des poils souples qui ne se détachent pas au premier coup de pinceau. Vous pouvez également opter pour des pinceaux avec matériaux de haute qualité qui résistent au fil du temps.

Techniques pour une surface lisse et parfaite

Placez exactement au point du sujet : appliquer de la peinture. Bien que la préparation et l’anticipation soient toujours la base d’un travail de qualité, ce dernier n’est pas non plus à négliger. Voici les règles à suivre pour un travail en douceur sans laisser de traces ni de lacunes.

Règle 1 : Utiliser un environnement de soutien

Comme nous l’avons mentionné plus haut, l’environnement est important. Il doit être favorable à l’application de peinture. Ni trop chaud, ni trop froid, c’est la règle ! Si ce n’est pas le cas, le temps de séchage de la peinture n’est pas optimal et peut poser problème. Sans répéter, une température comprise entre 10° et 20° est parfaite  !

Règle 2 : Choisir pour une adhérence maximale pour un apprêt

Une couche de base (ou apprêt) forme une base pour le mur. Une peinture est utilisée pour l’apprêt afin que les couches suivantes ne laissent pas de trace. S’il n’y a pas d’apprêt, une partie de la peinture peut être absorbée par le mur, ce qui peut entraîner des différences de hauteur et des traces possibles.

Règle 3 : Soyez organisé et méthodique

Lors de l’application de la peinture, il existe différents petits détails que nous ne pensons pas forcément, mais qui peuvent le faire différence.

Commencez en premier du côté qui correspond à notre direction. Commencer sur le côté droit signifie que la partie gauche soit libre lors de l’application de la peinture. Par conséquent, il est plus logique pour les droitiers de commencer par cette page, cela est évité touchez la partie peinte avec le côté gauche du corps. Les gauchers commencent par le côté gauche, c’est beaucoup plus pratique.

Les bandes adhésives sont essentielles pour protéger les coins, les prises de courant et les sols. Ils permettent de ne pas peindre ces pièces et non « dépassement ». Cette application simple représente une réelle différence pendant le travail.

Dans sa façon de peindre, la linéarité est la méthode de peinture la plus couramment utilisée. La peinture par bande vous permet d’être propre et organisé en esquivant Risques liés à la peinture sur une peinture préfabriquée.

Enfin, commencez par les coins avec une brosse adaptée (petite et ronde en général) pour éviter les marques et être plus organisé dans votre travail.

Règle 4 : Contrôlez la quantité de peinture sur le rouleau/pinceau

Les couleurs sont essentielles pour l’apparence des différentes couches. Il sera plus ou moins grand selon la qualité de la peinture que vous allez utiliser. Commençons par le principe que vous achetez une bonne peinture. qualité. Comme il est qualitatif et dense, il n’est pas nécessaire d’utiliser trop de peinture peut créer des traces inutiles. Tenez compte de la linéarité lors de l’application sur les surfaces ainsi que la quantité de peinture à utiliser.

La force exercée sur le rouleau (pour les grandes surfaces) doit également être contrôlée. Plus vous appliquez d’amidon, plus la quantité de peinture appliquée est importante, ce qui peut donner plus de risques de marques d’apparence. Ce n’est pas pour rien que la peinture est considérée comme de l’art  !

Règle 5 : Allez jusqu’à la fin de votre travail

Nous vous avons expliqué que la production de différentes couches est essentielle pour obtenir un résultat parfait. C’est le cas lorsque ces couches sont terminées en une seule fois  ! Dès qu’une couche arrive sur le marché, il est interdit de faire une pause ! Si vous faites une pause en cours de route, la peinture risque de sécher et de déformer le marquage et le rendu pendant l’application. L’objectif n’est pas de voir une démarcation.

Règle 6 : Laissez respirer la pièce

Une fois la pièce terminée, il est important de la laisser respirer. Quand on parle de « respirer », cela ne veut pas dire que l’on reste allumé au contraire sous la pluie et le vent. Nous utilisons un ventilateur pour peinture sèche ou ventilation naturelle en ouvrant les fenêtres et portes (c’est également bénéfique pour l’odeur…), faites attention à la hors du temps !

ARTICLES LIÉS